LOGO FNASEPHx300b


RECHERCHE

Handicap : une priorité du quinquennat

Le 7 juin, Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, a présenté une communication intitulée « Handicap : une priorité du quinquennat » en Conseil des ministres.
Image en ligne
Le handicap est d’abord une histoire individuelle qui bouleverse le cours d’une vie, d’une fratrie, d’une famille. 12 millions de Français sur 65 millions sont touchés par le handicap.
Nous devons changer le regard de la société sur le handicap, vaincre les appréhensions et lever les obstacles. Nous devons relever le défi d’une société accessible, fraternelle et solidaire, qui facilite la vie au quotidien au lieu de segmenter, et qui rend possible au lieu de contraindre.
C’est cet objectif qui a guidé la décision de placer le secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargé des personnes handicapées. Cette décision est le gage de la priorité que le Gouvernement entend donner à la réponse effective aux besoins des personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap et leur l’âge, dans l’ensemble des réformes qu’il mettra en œuvre.
Si le cadre législatif et réglementaire français est posé, il est complexe et génère trop de fonctionnement en silo. L’action du Gouvernement aura une boussole : partir des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches, pour bâtir des solutions collectives, et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant.
Elle se construira dans la concertation avec l’ensemble des acteurs et partenaires de cette politique, en particulier les collectivités territoriales, avec pour fil rouge la simplification de l’accès aux droits et l’amélioration de la qualité de service.
D’ores et déjà, le Gouvernement met tout en œuvre pour apporter des solutions garantissant une rentrée scolaire fluide pour les enfants concernés en septembre 2017. Parallèlement un chantier de rénovation de l’accompagnement sera lancé pour apporter des réponses aux ruptures de parcours : tous les enfants qui en ont besoin devront avoir accès à l’accompagnement adapté leur permettant une scolarité et un accès aux activités périscolaires ou extrascolaires comme les autres.
Pour mieux accompagner les personnes avec autisme, la concertation du 4ème plan « autisme » sera lancée le mois prochain.
Le Gouvernement définira rapidement les modalités de mise en œuvre de l’engagement du Président de la République de revaloriser l’allocation adulte handicapé de 100 euros par mois.
L’effort qui sera fait en faveur de l’apprentissage, ainsi que celui pour la formation des demandeurs d’emploi devront pleinement bénéficier aux personnes en situation de handicap. Il s’agit de deux clés pour favoriser leur accès à l’emploi, alors que leur taux de chômage reste plus du double de celui de la population active.
Cet effort devra être couplé avec une mobilisation accrue des différents acteurs des services publics de l’emploi et des employeurs. Des incitations à l’embauche des personnes handicapées, parmi lesquelles le déploiement effectif des services d’emploi accompagné, seront mises en œuvre afin de favoriser leur emploi effectif. L’embauche des personnes en situation de handicap ne doit plus être perçue comme une contrainte, mais comme une opportunité pour faire vivre la société du travail pour tous, voulue par le président de la République.
En matière de transports comme en matière de logement, c’est l’amélioration de la vie quotidienne de chacun qui doit être poursuivie. Ainsi, pour renforcer la mobilité, 100 % des trajets accessibles doivent être identifiés et cartographiés. Le plan d’investissement transports pourra être mobilisé en appui de l’amélioration de l’accessibilité.
De même, dans le champ du logement et de la construction, l’objectif d’accessibilité fixé par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées doit être réaffirmé. En outre, les logements adaptés doivent être systématiquement identifiés et l’accessibilité précisée pour faciliter les recherches. Le développement des habitats inclusifs doit être favorisé en levant les obstacles administratifs. Les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés, et rendre cette liste transparente pour favoriser le logement des demandeurs en situation de handicap.
Le Gouvernement s’engage également pour l’accessibilité des services publics numériques pour tous. Il soutiendra également l’innovation technologique pour les personnes en situation de handicap.
Enfin, pour lutter contre l’usure sociale et la détresse des familles, il faut être particulièrement attentif aux conditions de travail des accompagnants et à la qualité de vie des aidants familiaux. Le Gouvernement s’attachera à mettre en œuvre les nouveaux droits annoncés par le Président de la République.
Le regard sur la personne handicapée, la reconnaissance de ses compétences, ne changera que si nous donnons toute sa place à la personne handicapée, et favorisons sa visibilité dans les médias. Les Jeux olympiques et paralympiques 2024 seront l’occasion de valoriser à leur juste niveau les compétences de nos athlètes paralympiques.
La politique du handicap du Gouvernement repose sur une responsabilité collective qui nous engage tous. Nous devons entrer dans une culture de l’efficacité et du résultat. Une société qui prend en compte les besoins des plus vulnérables se grandit.
Image © Présidence de la République – G.Mariette/F.Lafite
 

Enregistrer

Enregistrer

Imprimer E-mail

Macron annonce le 4e plan autisme

C'est l'Elysée que le chef de l'État a choisi pour lancer la concertation autour du 4e plan autisme, le 6 juillet 2017 dans l'après-midi. Tout un symbole pour ce nouveau Gouvernement qui réitère depuis des semaines vouloir faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat. Son discours officiel sera précédé plusieurs présentations, notamment celle du rapport de la commission scientifique internationale, qui permettront de faire le point sur un sujet « brûlant ». Seront présents plusieurs ministres, Sophie Cluzel (handicap), Agnès Buzyn (santé), Jean-Michel Blanquer (éducation nationale) et Frédérique Vidal (enseignement supérieur), répondant aux vœux des associations en faveur d'une véritable dynamique interministérielle et de la fin du cloisonnement. Même si ce sujet implique également la vie sociale, le logement, le travail…

Trois plans et puis quoi ?

En matière d'autisme, trois plans se sont, jusque-là, succédé sans, de l'avis des personnes concernées, apporter de résultats probants. L'Unapei, premier mouvement associatif qui accompagne plus de 60 000 personnes autistes en France, parle même de « gâchis humain ». Malgré le 3e plan 2013-2017, doté de 205 millions d'euros, « la France continue d'avoir un retard important qu'il convient de rattraper, pour les enfants mais aussi pour les adultes avec autisme », confirmait Sophie Cluzel en juin devant le CNCPH (Conseil consultatif des personnes handicapées). L'Igas (Inspection générale des affaires sociales) et l'inspection générale de l'Éducation nationale (Igen) se joignent au constat en rendant public, en avril, un bilan qui fait état, malgré des « avancées », de nombreux « dysfonctionnements » et des lacunes concernant la prise en charge des adultes atteints de ce trouble neuro-développemental et l'accompagnement des familles (article en lien ci-dessous).

Lire la suite : https://informations.handicap.fr/art-plan-autisme-macron-853-10009.php

Imprimer E-mail

Le gouvernement ne fera pas de nouvelle loi

par Nathalie Levray

handicap-fauteuil-UNE© Tatomm-Fotolia

Au Conseil des ministres du 7 juin 2017, Sophie Cluzel, la nouvelle secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, réaffirme l’objectif d’accessibilité de la loi Handicap du 11 février 2005. Pas de nouvelle loi en perspective mais des « boussoles », décloisonnement et simplification, efficacité et responsabilité collective, qui fixent le cap de ses actions pour donner toute sa place à la personne handicapée.

Avec plus de 18 % de la population touchée par le handicap, « nous devons changer le regard de la société sur le handicap », estime l’ancienne militante associative, mère d’une enfant handicapée, dans sa communication au Conseil des ministres du 7 juin 2017.

Lutter contre le fonctionnement en silo

La secrétaire d’État, directement rattachée au Premier ministre, veut lutter contre le fonctionnement en silo en « partant des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches » pour « bâtir des solutions collectives », et « non l’inverse ».
Le gouvernement promet ainsi une action protéiforme « en concertation avec l’ensemble des acteurs et partenaires », impliquant notamment les collectivités territoriales, pour simplifier l’accès aux droits et améliorer les services.
Cette politique du handicap « repose sur une responsabilité collective », « dans une culture de l’efficacité et du résultat ».
 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Imprimer E-mail

Nous attendons avec impatience vos films !

regardcroise

Imprimer E-mail

Sophie Cluzel : la ministre qui va faire... la différence ?

sophie cluzel la ministre qui va faire la difference 9889

Interview de Madame Cluzel, Secrétaire d'Etat en charge du handicap par le site "Handicap.fr"

Handicap.fr : Le 22 mai 2017, le Premier ministre, Édouard Philippe, a répondu, en votre compagnie, à l'invitation des Maisons partagées Simon de Cyrène (article en lien ci-dessous). Cinq jours seulement après sa nomination, faut-il y voir un message fort du Gouvernement en faveur des personnes handicapées ou une simple opération de communication comme le déplorent certains sur les réseaux sociaux ?

Sophie Cluzel : C'est sans aucun doute un message fort. Le Président de la République, tout comme le Premier ministre, ont fait du handicap une priorité pour ce quinquennat. J'en veux pour preuve que mon premier déplacement s'est fait aux côtés d'Édouard Philippe. Une façon pour le Premier ministre de réaffirmer son engagement pour la politique du handicap. Les maisons partagées Simon de Cyrène sont un exemple de vivre ensemble au cœur de la Cité. À l'inverse de ce que l'on voit d'habitude, la réponse part de la situation individuelle de chaque personne pour bâtir une réponse collective avec une mutualisation des moyens.

H.fr : Le secrétariat d'État en charge du handicap est désormais rattaché au Premier ministre et non plus au ministère de la Santé. Concrètement, qu'est-ce que cela va changer ?

SC : Tout ! Cette décision du Président de la République est emblématique. Il est enfin reconnu que le handicap doit se traiter dans la transversalité. Cela me permet de travailler avec tous les autres ministres du Gouvernement pour lancer des chantiers et, in fine, d'être plus efficace. Et, une fois encore, cela témoigne de l'importance de la politique du handicap dans ce quinquennat. J'ai d'ailleurs eu une réunion de travail lundi dernier avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, pour préparer la rentrée scolaire.

H.fr : Le handicap est-il un domaine à part entière qui réclame un engagement spécifique ?
SC : Oui et il doit irriguer toutes les politiques publiques.

H.fr : Parce que vous êtes une maman concernée par le handicap et une militante associative de longue date, votre nomination a suscité des réactions plutôt très favorables de la part des personnes concernées et du milieu associatif. Comment accueillez-vous la confiance qui vous est accordée ?
SC : Avec beaucoup de gravité car j'ai conscience de la tâche immense qui repose sur mes épaules. Je connais l'attente des familles, dont je fais partie. Mais j'attache particulièrement une grande importance à l'écoute des personnes handicapées. Il y aura également un travail de concertation avec les différentes associations.

Lire la suite : https://informations.handicap.fr/art-cluzel-secretaire-etat-handicap-1027-9889.php handicap2

Imprimer E-mail

Autrement Capables

Favoriser l'insertion professionnelle des jeunes handicapés, recueil des expériences, diffusion des bonnes pratiques, promotion des compétences.
Cliquez ici >>>

Les institutions