LOGO FNASEPHx300b


RECHERCHE

Diagnostic, inclusion à l'école : Macron dévoile les priorités du 4ème plan autisme

Avant même la présentation officielle du 4ème plan autisme, vendredi, par le premier ministre, Emmanuel Macron a évoqué un changement de stratégie dans la prise en charge de l'autisme en France.
 
Le 4ème plan autisme sera-t-il le «bon»? Suffira-t-il à mettre un terme au «scandale français» de la mauvaise prise en charge de l'autisme, un handicap qui qui touche quelque 700 000 personnes en France?
 
Le président de la République en personne a martelé sa volonté d'en faire une priorité. Jeudi, après neuf mois de concertation nationale, l'Élysée a commencé à dévoiler les contours de ce 4ème plan très attendu par le milieu associatif et les familles. Au moins 340 millions d'euros sur cinq ans seront alloués pour l'améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l'autisme. Soit une enveloppe largement supérieure à celle du 3ème plan autisme (2013-2017), doté de 205 millions d'euros, et dont près de la moitié des mesures n'ont par ailleurs pas vu le jour. Pour mettre ce chiffre en perspective, rappelons que la Cour des comptes, dans un rapport accablant sorti en janvier, estimait à 6,7 milliards d'euros le coût annuel de la gestion de l'autisme.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Handicap et inclusion : la France peut s'inspirer de l'Espagne

remier déplacement, la semaine dernière à Madrid, pour la Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargée des Personnes handicapées, qui devrait être suivie d’une succession de visites en Europe pour discuter de la question de l’inclusion scolaire et l’accessibilité des enfants handicapés, mais aussi de la formation et l’emploi des personnes en situation de handicap.

En fin de semaine dernière, Sophie Cluzel a rencontré la ministre espagnole de la Santé, des Services Sociaux et de l’Egalité, Dolors Montserrat à Madrid pour discuter de l’école inclusive et de l’insertion des personnes handicapées dans le monde du travail et dans la vie quotidienne. Au cours de son déplacement, plusieurs visites étaient prévues dans des établissements de référence en la matière (CEAPAT, CERMI, établissement scolaire) ainsi que des échanges avec les représentants des gouvernements régionaux de la Communauté de Madrid et du Pays Basque autour des thèmes de l’école inclusive, l’autisme ou encore la dépendance. La Secrétaire d’Etat a terminé son voyage en Espagne avec une visite de la ONCE (Organizacion Nacional de Ciegos Espagnoles), l'institution d’aide aux personnes aveugles qui constitue un véritable référent pour son travail inclusif en Espagne. Cette visite s’inscrit dans un tour d’Europe pour recueillir des témoignages et des expériences en vue d’un projet de loi en France sur l’insertion sociale, professionnelle et politique des personnes handicapées.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Journée Mondiale de la Trisomie 21

En perspective de la Journée Mondiale de la Trisomie 21,
le 21 mars, l'équipe de DOCKS 66 serait ravie d'imaginer une projection du film L'Ecole de la vie, en partenariat avec votre structure associative

https://l-ecole-de-la-vie.com/

Imprimer E-mail

Centres de loisirs à parité : 50 % d'enfants handicapés

centres de loisirs a parite 50 d enfants handicapes 10087

Il faut lui parler en langue des signes". Rachel, 6 ans, intervient quand elle constate les difficultés de communication entre Michel-Ange, 9 ans, atteint de troubles autistiques, et les visiteurs du centre de loisirs "à parité" (Clap), dans le sud parisien. Ici, enfants handicapés et valides se découvrent dès le plus jeune âge. Dans ce centre du XIVe arrondissement, visité le 3 août 2017 par Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge du handicap, une trentaine d'enfants de 3 à 14 ans sont accueillis les mercredis et pendant les vacances scolaires, encadrés par huit personnes.

50 % des places pour enfants handicapés

La moitié des places sont réservées à des enfants porteurs d'un handicap moteur, intellectuel ou sensoriel. Plusieurs enfants sont autistes, dont certains ne parlent pas, un petit garçon est en fauteuil roulant, un autre est trisomique. Pour faciliter la communication, les animateurs utilisent des pictogrammes ou la langue des signes, dont les enfants "valides" ont également appris les rudiments. Rassemblés avant le déjeuner, les enfants lancent un gros cube et, selon le résultat, doivent dire ce qui leur a plu, les a chagrinés ou mis en colère dans la matinée. Giovanni, 8 ans, qui maîtrise bien la langue des signes car son frère est sourd, est sollicité plusieurs fois pour "traduire".

lire la suite : https://informations.handicap.fr/art-loisirs-centres-handicap-853-10087.php

Enregistrer

Imprimer E-mail

Handicap : le gouvernement dévoile ses chantiers prioritaires

La secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, souhaite revaloriser l’allocation dédiée et résoudre les problèmes de scolarisation des enfants handicapés. Elle a par ailleurs confirmé le futur lancement du 4e plan autisme.

Le handicap ? Une des "priorité du quinquennat" assure la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel. Elle a détaillé mardi les chantiers "urgents" : scolarisation, allocation adulte handicapé à 900 euros et lancement du 4e plan autisme.
 
Interrogée par la Commission aux affaires sociales de l'Assemblée nationale, Mme Cluzel a dit avoir "commencé à travailler" à la revalorisation de l'allocation adulte handicapé (AAH), l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron.  "Il faut un minimum de ressources qui soit digne et respectueux des besoins. Aujourd'hui, l'AAH est à 810 euros mensuels, en-dessous du seuil de pauvreté, l'engagement c'est de le porter à 900 euros", a-t-elle dit aux députés, sans préciser le calendrier. Cette allocation concerne un million de personnes en situation de handicap, majoritairement sans emploi. Le seuil de pauvreté se situe autour de 1.000 euros.
 
Concernant la scolarisation des enfants en situation de handicap, un "comité de pilotage" a été mis en place avec le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, "pour essayer de résoudre tous les problèmes des élèves handicapés avant la rentrée: le manque de places dans les dispositifs collectifs de scolarisation ou les problèmes d'accompagnants", a annoncé Mme Cluzel. Selon elle, "40 à 45% des élèves ont besoin d'être accompagnés" et "beaucoup sont à l'école sans accompagnants, un sujet qui inquiète les parents".
 
Pour cette ancienne présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (Fnaseph), il faudra en outre, "dès la rentrée passée", "ouvrir le chantier de rénovation de la professionnalisation des accompagnants" d'enfants handicapés.
 
Enfin, concernant la prise en charge des troubles du spectre autistique (TSA), qui touchent quelque 650.000 enfants et adultes, Mme Cluzel a estimé que la France avait "encore du retard". Le 4e plan autisme, dont la concertation été lancée en juillet à l’Élysée, doit être annoncé début 2018.
 
Ce nouveau plan s'articulera en cinq axes: la prise en charge précoce de ce trouble neuro-développemental, la scolarisation des enfants atteints d'autisme, la prise en compte des besoins des personnes adultes dans leur vie sociale et professionnelle, la prise en compte des parcours des familles, et le besoin de recherche sur ce trouble, a-t-elle développé.
 
Mme Cluzel s'est engagée à "revenir à l'automne" devant les députés pour "faire un point de la concertation". Elle a en outre annoncé que le premier comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat se réunira "fin septembre-début octobre".
 
Avec AFP

Imprimer E-mail

Autrement Capables

Favoriser l'insertion professionnelle des jeunes handicapés, recueil des expériences, diffusion des bonnes pratiques, promotion des compétences.
Cliquez ici >>>

Les institutions