LOGO FNASEPHx300b

3059Nous sommes heureux de vous faire part de la parution du nouveau livre de Charles Gardou :

La société inclusive, parlons-en
Il n’y a pas de vie minuscule

éd. érès, octobre 2012

Face à l’ampleur des phénomènes d’exclusion, ce sont de nouveaux fondements pour notre vie commune que Charles Gardou propose dans cet essai, à la fois nourri, vif et incarné.

A partir des principes et exigences d’une société inclusive, il dessine une autre vision de notre patrimoine humain et social, dont les plus vulnérables demeurent souvent privés. Il donne à comprendre la portée des discriminations incessamment reproduites, en mettant au jour les violations de droits que subissent, parmi d’autres défavorisés ou marginalisés, les personnes marquées par cette expression de nos fragilités qu’est le handicap.

Dans notre société où des îlots de commodités côtoient des océans d’empêchements, il forge une conception renouvelée des existences humaines et de la singularité qui leur est attachée comme de l’équité et de la liberté d’accès aux biens collectifs qu’elles impliquent.

« Une société n’est pas un club dont des membres pourraient accaparer l’héritage social à leur profit pour en jouir de façon exclusive. Elle n’est non plus un cercle réservé à certains affiliés, occupés à percevoir des subsides attachés à une « normalité » conçue et vécue comme souveraine.

Il n’y a pas de carte de membre à acquérir, ni droit d’entrée à acquitter. Ni débiteurs, ni créanciers autorisés à mettre les plus vulnérables en coupe réglée. Ni maîtres ni esclaves. Ni centre ni périphérie. Chacun est héritier de ce que la société a de meilleur et de plus noble. Personne n’a l’apanage de prêter, de donner ou de refuser ce qui appartient à tous.

Une société inclusive, c’est une société sans privilèges, exclusivités et exclusions.»