LOGO FNASEPHx300b

Retrouvez mon intervention ce matin sur RMC dans Bourdin Direct !

bourdin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Premier ministre effectuait dimanche un déplacement dans un établissement spécialisé du Val-de-Marne, faisant cohabiter personnes valides et handicapés.

Face aux accusations de trahison au sein de la droite, Edouard Philippe répond que son objectif est de faire avancer le pays. Le nouveau Premier ministre multiplie d’ailleurs les déplacements depuis sa prise de fonctions. Il était dimanche matin à Rungis, dans le Val-de-Marne pour visiter une "maison partagée" pour adultes handicapés et valides "exemplaires", aux côtés de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel.

La question du handicap, l'une des priorité du quinquennat. Edouard Philippe a passé deux heures dans cet établissement spécialisé où cohabitent des adultes handicapés et de jeunes actifs, pour la plupart en service civique. Le chef du gouvernement s’est montré très à l’écoute, attentif aux détails, posant des questions aux résidents et prenant même des notes. Tout au long de sa visite, il a affiché sa volonté de mettre en lumière les questions de handicap, "l’une des priorités" du quinquennat, a-t-il souligné.

"Pendant longtemps, et peut-être encore pour quelques temps, on les aborde souvent à travers la question des normes, la question des lois, des droits", a-t-il relevé. "C’est évidemment très important, parce que l’on ne fait rien sans cela. Mais on peut aller au-delà et se poser des questions pratiques, de bonnes pratiques, d’usage, d’inclusion dans la vie commune, à l’école, dans le sport, dans tous les domaines de la vie collective". Sophie Cluzel, issue des milieux associatifs, a loué de son côté cet exemple d'"habitat inclusif dans la société, dans la cité, [...] symbolique du vivre-ensemble respectant le choix de la personne".

Un dossier sensible. Pressé de répondre à des questions sur les premières dispositions législatives du nouveau gouvernement, Edouard Philippe a préféré botter en touche, notamment sur la réforme du code du Travail, prévue par ordonnances cet été. "Un sujet à la fois, le handicap est une question trop important pour être diluée", a-t-il évacué.

 
le 1er ministre en visite aupres de personnes handicapees 9882

Pour son premier déplacement officiel en lien avec le handicap, le Premier ministre a choisi de répondre à l'invitation de la fondation Simon de Cyrène, en compagnie de la nouvelle secrétaire d'Etat en charge du Handicap, Sophie Cluzel (article en lien ci-dessous). Edouard Philippe a rendu visite, le 21 mai 2017, aux résidents de la Maison partagée de Rungis (91) qui permet aux personnes handicapées de rompre leur solitude en vivant au sein d'une famille d'amis. Une visite symbolique et porteuse de sens pour le nouveau gouvernement qui répond ainsi aux attentes des personnes handicapées qui souhaitent vivre au cœur de la Cité. Le Premier ministre a affirmé son intérêt pour les solutions alternatives à l'institutionnalisation et entend engager son gouvernement dans cette voie.

L'une des priorités du gouvernement

"Le handicap, c'est une des priorités du président de la République, il l'a placée très haut dans la hiérarchie de ses priorités", a-t-il déclaré devant la presse à l'issue de sa rencontre avec les habitants. A terme, l'établissement devrait accueillir 33 personnes handicapées et 26 valides. Le chef du gouvernement a regretté que "pendant longtemps et encore pour quelque temps", la question du handicap soit abordée "à travers la question des normes, des lois, des droits". "On peut aller encore un peu au-delà" et "se poser des questions pratiques (...), d'inclusion dans la société, dans l'école, dans le sport, dans tous les domaines de la vie collective", a-t-il estimé. 

Lire la suite : https://informations.handicap.fr/art-philippe-cluzel-ministre-handicap-853-9882.php

Première interview de la nouvelle secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, ce matin, sur RMC. Sophie Cluzel a fait le point sur ses priorités : la scolarisation, l’exil des enfants handicapés en Belgique ou bien encore l’emploi accompagné.

Tous les élèves handicapés qui en ont besoin auront-ils une auxiliaire de vie scolaire (AVS) à la prochaine rentrée scolaire ? Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, n’a pas pu s’y engager, au micro de RMC, ce matin. « C’est une responsabilité du ministre de l’Éducation nationale », a-t-elle expliqué à Jean-Jacques Bourdin, qui l’interviewait.

Capture decran 2017 05 24 a 15.22.50

Combien manque-t-il d’AVS et où ?

Mais elle a rencontré Jean-Michel Blanquer, lundi 22 mai, pour « travailler vraiment activement pour préparer cette rentrée scolaire ». Ils vont commencer par dresser un état des lieux afin de savoir combien il manque d’AVS et dans quelles écoles.

Sophie Cluzel veillera également à ce que les élèves en situation de handicap puissent accéder à la cantine et aux centres de loisirs. Elle veut qu’il n’y ait « pas de rupture de parcours ».

« Il faut qu’on invente des solutions innovantes. »

Autre sujet abordé par Jean-Jacques Bourdin : la promesse d’Emmanuel Macron de créer « les postes et les structures pour que les enfants n’aient plus à aller à l’étranger ». 1 451 enfants étaient ainsi accueillis en Belgique, en 2015.

« C’est une priorité de rapatrier ces enfants décemment, a insisté Sophie Cluzel. Il va falloir créer des structures certes mais aussi on peut réfléchir différemment : on peut créer des vrais services d’accompagnement. (…) Il faut qu’on invente des solutions innovantes. »

Sophie Cluzel veut développer l’emploi accompagné

Sophie Cluzel a également annoncé qu’elle allait lancer le quatrième plan autisme avant la fin de l’année. Elle veut, par ailleurs, développer l’emploi accompagné, « un levier magnifique ». Mais aussi que les bailleurs sociaux « flèchent » mieux les logements adaptés.

« Les attentes et les besoins des personnes en situation de handicap et de leurs familles sont immenses, a conclu la secrétaire d’État, qui présidait, jusqu’à sa nomination, la Fnaseph, une fédération d’associations au service des élèves en situation de handicap. Je pense les connaître assez bien. Donc, je vais me bagarrer. » Signalé par Franck Seuret

À réécouter sur RMC, en replay (à partir de 37.30).

Enregistrer

Enregistrer

Edouard Philippe: l'action en faveur des personnes handicapées, "une des priorités" du quinquennat
 
Edouard Philippe et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée du handicap.

Emmanuel Macron avait évoqué la question du handicap à la fin du débat de l'entre-deux tours, lors de sa "carte blanche". Le Premier ministre y consacre l'une de ses premières sorties sur le terrain.

Le Premier ministre Edouard Philippe a réaffirmé dimanche que l'action en faveur des personnes handicapées était "une des priorités" du quinquennat, en visitant une "maison partagée" pour adultes handicapés et valides "exemplaire" à Rungis dans le Val-de-Marne, aux côtés de la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel.

"C'est une des priorités du président de la République, il l'a placée très haut dans la hiérarchie de ses priorités", a-t-il dit devant la presse, à l'issue de la visite de cet établissement géré par la Fondation Simon de Cyrène. A terme, l'établissement devrait accueillir 33 personnes handicapées et 26 valides.

Aborder le handicap sous l'angle pratique

Le chef du gouvernement a regretté que "pendant longtemps et encore pour quelque temps", la question du handicap soit abordée "à travers la question des normes, des lois, des droits".

"On peut aller encore un peu au-delà" et "se poser des questions pratiques (...), d'inclusion dans la société, dans l'école, dans le sport, dans tous les domaines de la vie collective", a-t-il estimé.

Les maisons partagées Simon de Cyrène sont implantées dans 12 villes de l'Hexagone.

"On part d'une logique où chacun vient avec son handicap, son dispositif d'aide individuel pour construire quelque chose de collectif", a-t-il dit en évoquant le mode de fonctionnement de ces structures. "Ça, c'est quelque chose d'intéressant, dont on n'a pas forcément l'habitude dans le système français", a dit Edouard Philippe. Le "rôle de l'Etat" est d'aider à "démultiplier et modéliser le dispositif (...) sur l'ensemble du territoire", a-t-il ajouté.

Sophie Cluzel, militante associative nommée secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, a loué cet exemple d'"habitat inclusif dans la société, dans la cité, (...) symbolique du vivre-ensemble respectant le choix de la personne".